Cela fait déjà 6 ans que la Ninja H2R à poser ses pneus sur le bitume. En accélération, c’est la seule moto de série ayant l’audace de s’aligner avec un avion de chasse ou une Formule 1. Sportive dans l’âme, dotée de double injecteurs, une boite à crabots, une pompe essence haute pression, un limiteur de couple sur l’embrayage qui donne des retours de force à la roue arrière. Accompagnée d’un silencieux au design minimaliste, elle s’exprime de façon bestiale. Féroce et assourdissante, elle est autorisée uniquement sur circuit. La monter, c’est prendre en main la peur, se faire plaisir et aller au-delà de la folie.
La H2R reste incomparable avec ces évolutions en embarquant l’amortisseur TTX36 Öhlins, un shifter fonctionnant également à la réduction des rapports. L’aérodynamisme a été amélioré en perçant les leviers d’embrayage et de frein évitant le mouvement de ces tiges suite à l’impact de l’air à grande vitesse. Les accélérations rapides, les vitesses de pointe déraisonnables font les passions des adeptes de cette Kawa.
Une sportive radicale
Plusieurs motos ont titillé la limite de la folie. La Ninja h2r va au-delà de cette limite. La firme d’Akashi a l’audace de mettre sur la piste une sportive radicale vraiment surréaliste. Plus puissante qu’une bécane de MotoGP, en dynamique 326 chevaux, en statique 310 chevaux. On peut utiliser tous les superlatifs, fusée, dragster, mais c’est en la montant que l’on sent notre vie tenir à un fil. Et on y va quand même pour la sensation. La H2, version routière a été amputée de plus de 100 chevaux. La H2R est à déguster pleinement sur circuit en toute liberté loin des contraintes de la route. Kawa a misé sur un 4 cylindres 998 cm3 propulsé par un compresseur spécifique. Les accélérations sont sensationnelles. La peur est au rendez-vous, les frissons aussi, mais surtout la fascination.
Ce bolide passe les 350km/h avec une puissance à stopper le cœur à coup sûr, âmes sensibles se retenir.
Sa particularité
Ce qui la rend différente c’est son compresseur. Les efforts ont été réunis par Kawasaki, l’aérospatiale, les technologies, les turbines à gaz pour donner du punch à cette moto. L’objectif de cette suralimentation est le temps de réponse. À la différence d’un turbo, le moteur entraîne directement le compresseur. La poussé arrive donc très tôt jusqu’à rendre dingue le pilote. L’engrenage à caractère épicycloïdal tire la turbine dans le bloc d’aluminium. D’une dimension de 69 mm, accompagnée de 12 palettes, l’engrenage multiplie la vitesse de rotation par 9,2, à un régime moteur de 14 000 tr/mn, l’hélice tourne à 130 000 tr/mn. Deux conduits en carbone transportent l’air au compresseur. L’étanchéité et la résistance à de hautes températures ont fait l’objet d’une étude particulière, des pièces particulières ont été montées sur le moteur. Des pièces plus résistantes par rapport à celle des 1000 simples sportives. Tout cela pour offrir à la moto une puissance bestiale réveillant les passionnés de la sensation forte. La Kawasaki Ninja H2R est tout simplement la sportive radicale, il faut la monter pour la comprendre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici